Archives de
Étiquette : amitié

Roman – L’épouvantable bibliothécaire

Roman – L’épouvantable bibliothécaire

AuteurAnne-Gaëlle Balpe
EditeurSarbacane
Pages176
Première publication2019
Âge conseilléÀ partir de 9 ans
Lu en classeNon, mais ça viendra
Thèmes abordésAventure, étrange, amitié
Achat sur Amazon
(Aidez à financer les serveurs
du blog en achetant votre livre
sur Amazon via ce lien de partenariat)

Le résumé

Qu’y a-t-il de plus sympathique que la dame de la bibliothèque ?

Quand Suzanne apprend qu’elle va passer ses vacances chez sa tante Églantine, à la campagne, loin de sa bibliothèque chérie, c’est la catastrophe : deux semaines sans lire, impossible ! Heureusement, une fois sur place, elle apprend qu’un vieux manoir abrite une bibliothèque. Suzanne est ravie : ses vacances sont sauvées. Bizarrement, tout le monde semble avoir peur de cet endroit, et ses nouveaux amis, Marin et Mo, la mettent en garde : la bibliothécaire est une vieille sorcière acariâtre ! Mais lorsque la petite sœur de Mo échappe à sa surveillance et entre dans le manoir, plus le choix : épouvantable bibliothécaire ou pas, il faut la récupérer ! 

Mon avis — ★★★★☆

Tombé par hasard sur ce livre au détour de mes balades dans les rayons “littérature jeunesse” des bibliothèques locales, j’ai été attiré par le titre de ce roman. Comment une bibliothécaire pourrait être “épouvantable” quand je vois la gentillesse et la patience de celles qui m’entourent ?

Bien que le titre nous prédise les actions à venir, l’histoire met un moment avant de nous ouvrir les portes de cette bibliothèque à la gérante si particulière. Et ce n’est pas déplaisant. On découvre préalablement une jeune fille qui ne vit que pour les livres. Matin, midi et soir, elle dévore tout ce qu’elle trouve. Forcée de partir en vacances à la campagne, chez une tante tout ce qu’il y a de plus bucolique et avec un seul livre en poche, Suzanne (c’est son nom) va découvrir la vie à la ferme. Par une succession d’actions dont je ne dévoilerai rien ici, la lectrice accompagnée d’amis qu’elle se fait sur place, va découvrir un étrange bâtiment enfermant – paraît-il – une bibliothèque. Personne n’y met plus les pieds depuis longtemps tant la gardienne semble porter malheur…

C’est un très bon roman. Les personnages sont intéressants, même si j’aurais aimé un peu plus de détails sur la vie de chacun d’entre eux. Les actions s’enchainent avec logique, dans un rythme soutenu mais pas effréné. Même si les adultes devineront facilement la fin à venir, l’histoire propose suffisamment de suspens pour enchaîner les chapitres jusqu’à la fin, elle plaira à tous les enfants qui aiment les histoires bizarres (on mettra la science théorique de côté dans cet ouvrage).
Je vous le conseille en étant persuadé qu’il plaira aux jeunes lecteurs !

Extraits

Elle connaissait la collection dans laquelle était publié le livre, mais c’était la première fois qu’elle lisait un ouvrage de cet auteur. La quatrième de couverture était vraiment alléchante : suspense, humour, aventure… tout ce qu’elle adorait !

“L’épouvantable bibliothécaire”, Anne-Gaëlle Balpe

– Ouais, ben si j’étais toi, la coupa Mo, j’irais pas trop traîner dans le coin. 

– Je lui ai déjà dit, renchérit Marin. C’est un vrai musée du microbe, cette bibliothèque. Je suis sûr que dans certains livres, y a des virus qui ont mille ans ! La peste bubonique, la grippe espagnole… 

Suzanne se passa la main sur le visage en soupirant, désespérée par tant d’ignorance. Mo poursuivit :

– Y a pas que le virus qui ont mille ans : la bibliothécaire aussi, si tu veux mon avis !

“L’épouvantable bibliothécaire”, Anne-Gaëlle Balpe

– Vous laissez les livres moisir ici ! Si vous étiez une vraie bibliothécaire, vous en prendriez soin, vous accepteriez que les gens les empruntent ! Un livre qui n’est jamais lu, c’est un livre mort ! Aucune vraie bibliothécaire ne ferait mourir des livres !

“L’épouvantable bibliothécaire”, Anne-Gaëlle Balpe

Roman – Dangereuses photos

Roman – Dangereuses photos

AuteurR.L. Stine
EditeurBayard
TraducteurDaniel Alibert-Kouraguine
Pages144
CollectionChair de poule — Tome 3
Âge conseilléA partir de 10 ans
Lu en classeNon
Thèmes abordésFrisson, suspens, amitié
Achat sur Amazon
(Aidez à financer les serveurs 
du blog en achetant votre livre 
sur Amazon via ce lien de partenariat)

Le résumé

1, 2, 3… Ouistiti !

Drôle d’engin , pense Alex en trouvant un appareil photo dans une maison abandonnée. Les clichés instantanés qu’il développe représentent des évènements, toujours dramatiques, qui ne sont pas encore arrivés. Et si cet appareil, doté de pouvoirs maléfiques, provoquait l’avenir ?

Mon avis — ★★★☆☆

Ce tome est un classique de la collection « Chair de Poule » : les chapitres sont très courts, permettant aux lecteurs les plus réfractaires d’avancer rapidement dans l’ouvrage. D’autre part, la dernière ligne de chacun de ces chapitres donne toujours envie de lire la suite. Il est impossible de s’arrêter une fois lancé.
Si l’histoire est bien trop vite traitée, les détails pas toujours très intéressants et les personnages survolés, le roman reste efficace et se lit très rapidement. Un simple appareil photo peut-il faire le mal ? Évidemment, puisqu’on est dans du Stine. Je me suis laissé surprendre par deux fois, pensant qu’il allait arriver des choses très graves aux différents personnages, puis l’histoire m’a rappelé que nous étions dans un roman jeunesse.

Pas le meilleur, mais pas le pire, ce tome ravira les fans de la collection et permettra d’accrocher quelques enfants dont la lecture n’est pas le loisir premier.

Extraits

Mais non, allez, on y va ! insista Michael. On voulait de l’aventure, non ? Eh bien, partons découvrir les secrets de cette maison.
Alex hésitait en observant l’inquiétante bâtisse, saisi d’un mauvais pressentiment.
Soudain, alors qu’il s’apprêtait à répondre, une forme sombre jaillit des hautes herbes et bondit sur lui.

« Dangereuses photos », R.L. Stine

Ses mains tremblaient légèrement. Il réalisa combien cet appareil lui faisait peur maintenant.
« Je ne devrais pas faire ça, se dit-il en sentant une sourde angoisse l’envahir. Je sais bien que je ne devrais pas faire ça. »

« Dangereuses photos », R.L. Stine
Roman – Jefferson

Roman – Jefferson

« Jefferson » le lauréat du grand prix des Incorruptibles (catégorie CM2/6e) en 2019-2020.

AuteurJean-Claude Mourlevat
EditeurGallimard Jeunesse
IllustrateurAntoine Ronzon
Pages270
Âge conseilléA partir de 9 ans
Lu en classeNon
Thèmes abordésEnquête, amitié, suspens
Achat sur Amazon
(Aidez à financer les serveurs 
du blog en achetant votre livre 
sur Amazon via ce lien de partenariat)

Le résumé

En ce radieux matin d’automne, le hérisson Jefferson décide d’aller chez son coiffeur se faire raffraîchir la houpette. Comment pourrait-il imaginer, alors qu’il arrive plein d’entrain au salon “Défini-Tif”, que sa vie est sur le point de basculer ?
Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, le brave Jefferson, 72 cm de frousse et de courage, est jeté dans une aventure qui le mènera, pour le meilleur et pour le pire, au pays des êtres humains.

Mon avis — ★★★★☆

Avant même de démarrer la lecture, mon esprit était formaté : c’est du Mourlevat, ça va être top ! Et bien je n’ai pas été déçu ! Jefferson est un très bon roman.
L’enquête, car il s’agit d’une enquête, est peu conventionnelle et amusante. Prévisible pour l’adulte que je suis, elle saura tenir en haleine le public principal sans aucun soucis.
Les personnages sont divisés en deux groupes : les animaux (à l’aspect étrangement humain) et les humains. Comment souvent dans ce genre de livres, il devient facile d’oublier qui est animal et qui ne l’est pas. Parmi les animaux : des hérissons, des cochons, des vaches… qui cohabitent sans le moindre soucis. Parmi les humains : les bons et les mauvais. On regrettera peut-être le côté un peu caricatural des deux loubards rencontrés dans le roman, mais j’ai déjà imaginé les voix que je leur donnerai lors d’une future lecture offerte en classe.

L’ouvrage traite aussi de la question de la viande et des abattoirs. Un passage notamment sera peut-être un peu difficile pour certains élèves et il est possible que l’un ou l’autre se pose la question de manger un steak en rentrant à la maison le soir-même. Une discussion pourra être nécessaire à ce sujet.

C’est donc une très bonne histoire, bien ficelée où chaque chapitre donne envie de se jeter sur le suivant. Je le conseille !

Extraits

Le jeune hérisson Jefferson Bouchard de La Poterie acheva de ranger son logis en chantonnant des petits pom… pompom… pompom… à la façon des gens qui sont de très bonne humeur. Quand tout fut parfaitement en ordre, la balayette époussetée à la fenêtre et la pelle à ordures raccrochée à son clou, il programma son four pour que ses pommes de terre à la crème soient cuites à point pour son retour. Puis il enfila son veston, le boutonna au milieu, notant par la même occasion que cela faisait des plis dans le tissu à cause de son petit bedon qui poussait vers l’avant. Il faudrait qu’il freine un peu sur les gâteaux secs.

Il se vaporisa de parfum Sous-bois, laça dans l’entrée ses chaussures parfaitement cirées en posant tour à tour son pied droit puis son pied gauche sur le tabouret prévu pour cela, attacha son sac-à-dos sur ses épaules et sortit. Ce qui le mettait en joie ce matin-là était peu de chose : il avait décidé de se rendre chez son coiffeur. Ça lui avait sauté aux yeux alors qu’il faisait sa toilette : sa gracieuse houppette était en bataille. Or, il détestait avoir l’air négligé. Voilà : il irait en ville se faire rafraîchir la houppette !

« Jefferson », Jean-Claude Mourlevat

– Asseyez-vous, les invita-t-elle en leur indiquant un canapé à fleurs. Et ne faites pas attention au désordre. C’est ce que recommandent en général les maniaques du rangement. Tout, chez Carole, était parfaitement en ordre et Jefferson y fut sensible.

« Jefferson », Jean-Claude Mourlevat

Jefferson n’avait pas l’air étonné du tout. Il avait plutôt l’air éberlué, ahuri, estomaqué, aplati, démantibulé, moulu, électrocuté, sidéré, abasourdi

« Jefferson », Jean-Claude Mourlevat
Roman – La nouvelle

Roman – La nouvelle

« La Nouvelle » est un roman issu de la sélection 2020-2021 des Incorruptibles (catégorie CM2/6e).

AuteurCassandra O’Donnell
EditeurFlammarion Jeunesse
IllustrateurJérémie Fleury
Pages128
Âge conseillé10-13 ans
Lu en classeOui, à des élèves de CE2-CM1-CM2
Thèmes abordésAmitié, famille, rejet, migrants
Achat sur Amazon
(Aidez à financer les serveurs 
du blog en achetant votre livre 
sur Amazon via ce lien de partenariat)

Le résumé

Haya et sa famille viennent de Syrie. Ils ont dû fuir la guerre et se sont donc rendus en France, dans un village breton. Haya entre au collège et doit faire face à la méchanceté et au racisme de certains collégiens. Heureusement, son nouvel ami Gabriel la soutient et lui permet de vivre plus sereinement son arrivée dans ce nouveau pays.

Mon avis — ★★★★☆

Une discussion non préparée avec les élèves nous a fait nous questionner sur les migrants. Un élève a lancé à la volée un « Ah on y est… franchement ils n’ont qu’à rester chez eux, ou aller ailleurs ; mais qu’ils ne viennent pas chez nous ! ». Après un froid glacial dans la salle et les remarques choquées des autres élèves, je me suis dit qu’il serait bon d’aborder le sujet en classe à l’aide d’un roman. Et bien je pense l’avoir trouvé !

Dans ce livre, nous suivons les premiers pas d’une réfugiée syrienne dans un collège. Bien que confrontée à la stupidité de quelques loubards du collège, la jeune fille reste forte. C’est ce que j’ai apprécié dans ce livre : il n’est ni larmoyant, ni complaisant. Il présente une histoire tout à fait plausible avec une situation qui parlera peut-être à certains ou à certaines. Très rapide à lire, le temps avance assez vite et permettra aux lecteurs les moins accrocs aux descriptions et aux longueurs d’être toujours dans les évènements. Un très bon roman à lire seul dès le CM2 ou en classe/famille dès la fin du CE2.

Extraits

« Il regarde la nouvelle d’un air attentif. Avec ses parents, il avait entendu et vu de nombreux reportages sur les réfugiés, mais toutes ces images, ces personnes anonymes qui défilaient sur l’écran ne lui avait jamais semblé vraiment réelles. Du moins, jusque’à aujourd’hui… »

« La Nouvelle », Cassandra O’Donnell

« Les différences de cultures, de religions… Grand-mère connaît ça par coeur. Elle sait les problèmes que ça pose. Elle ne jette la pierre ni aux uns ni aux autres. Elle regrette juste, parfois, qu’il n’y ait pas plus de tolérance et de compréhension de part et d’autres. »

« La Nouvelle », Cassandra O’Donnell

« Les cons… murmure Théo en voyant une petite flaque d’eau se former sous le sac.
Gabriel soupire, l’ouvre et retire un livre. La moitié du bouquin est trempée, fichue, comme les cahiers et la plupart des cours. »

« La Nouvelle », Cassandra O’Donnell